Archives par mot-clé : suspicion envers les religions

Séparatisme, une loi qui raterait sa cible

21.2.2021. La Provence @Jean-Claude Escaffit
C’était Mardi gras à l’Assemblée quand les députés ont adopté en première lecture le  projet de loi contre le séparatisme. Privé d’un volet social pourtant annoncé, cet arsenal législatif  nourrit les inquiétudes et les critiques de toutes les Eglises chrétiennes (catholique, orthodoxe et protestantes), au seuil de leur entrée en carême.
Mais pourquoi, diable, une telle opposition de la plupart des croyants (musulmans et bouddhistes s’y sont joints, pas les juifs) envers des mesures  qui veulent lutter contre le radicalisme religieux et les “prêches de haine” ? Elle ne porte pas sur le respect de la laïcité,  ni sur la lutte contre l’islamisme, mais sur les contrôles et sanctions infligées à toutes les associations cultuelles.

Lire la suite

Le diable, c’est bien connu, se cache dans les détails. Ainsi, dans un catalogue de mesures qui ne définit pas clairement le séparatisme, on trouve pêle-mêle l’obligation faite aux associations loi 1905 d’obtenir tous les cinq ans une validation du préfet, de rendre des comptes administratifs et financiers, de signer un contrat d’engagement républicain… Bénéficiaires de la loi de 1905 contre l’emprise de l’Eglise catholique sur la société d’alors, les protestants sont aujourd’hui les plus touchés et critiques sur le projet.

“Culture de suspicion” à l’égard des religions
Outre l’alourdissement bureaucratique infligé à des militants associatifs souvent bénévoles, c’est le  contrôle de l’Etat sur la croyance et son expression qui pose question. Elle permet  une interprétation arbitraire de ce qui est jugé inconvenable dans les prises de position des Eglises et de leurs associations. Le Secours catholique et la Cimade, en pointe sur la défense des droits des plus faibles, pourraient-ils par exemple voir habilitation et subventions supprimées, du fait d’un discours trop critique à l’égard de l’Etat ?
Dicté par la peur, ce projet de loi tend à renvoyer une image négative des religions. ” Culture de  suspicion “, s’indignent les Eglises. Celles-ci assurent pourtant, dans leur immense majorité, un irremplaçable lien social. La laïcité à la française, cadre institutionnel qui protège depuis 1905 toutes les convictions dans le respect de l’ordre public, glisse de plus en plus vers une religion d’Etat aux accents athées et aux tendances intrusives. En prétendant lutter ainsi contre le séparatisme religieux, elle risque de le renforcer et d’élargir à d’autres communautés le sentiment d’exclusion. Cette loi de circonstance raterait alors sa cible.