Archives mensuelles : mai 2019

Algérie : en finir avec la guerre des mémoires.

Provence 5 mai 2019

Lire la suite
Le 11 mai la municipalité de Bollène (Vaucluse) a débaptisé la rue du 19 mars 1962,  date du cessez-le-feu en Algérie. Pour lui attribuer le nom de Hélie de Saint-Marc, un ancien officier putschiste.
Autant on peut comprendre le refus de célébrer l’anniversaire d’un événement qui n’a pas mis fin aux violences en Algérie, autant faut-il s’interroger sur les motivations de ceux qui, dans le Vaucluse, à Béziers ou ailleurs, veulent imprimer dans nos villes et nos mémoires une vision revancharde de l’Histoire.. Hélie de Saint-Marc est une personne estimable que j’ai eu l’occasion d’interviewer. Ancien résistant et déporté qui s’est égaré dans la sédition par loyauté envers ses chefs et ses harkis, ce commandant d’un régiment de parachutistes en 1961 a été arrêté et réhabilité depuis par l’Etat français. Mais il demeure post-mortem un symbole qui cristallise rancœur et polémiques.
Ne peut-on en finir avec cette instrumentalisation de l’Histoire qui alimente la guerre des mémoires ? En France, elles sont « communautarisées », tributaires des parcours familiaux et appartenances idéologiques. Au gré des commémorations, on a l’impression de ne pas évoquer la même guerre. Ballottés par des intérêts divergents et des lobbies influents, les Français restent englués dans des débats doctrinaires. Les uns enfermés dans la nostalgie d’une colonisation mythique et le déni des exactions de l’armée française, les autres figés dans une demande  de  repentance de notre passé colonial. C’est vrai chez nous comme en Algérie, où le FLN en a usé pour faire oublier ses gabegies. Histoire de se maintenir au pouvoir, il a cultivé le mythe du soulèvement d’un peuple uni derrière son parti libérateur. Mais le vent est en train de tourner.
Il n’est de devoir de mémoire sans devoir de vérité. À défaut d’une vision historique commune, ne peut-on regarder ensemble nos blessures et nos responsabilités ? Non pour renvoyer l’autre à ses errements. Mais pour solder les comptes de nos propres histoires. C’est davantage possible aujourd’hui avec les générations montantes et le travail commun des historiens de part et d’autre de la Méditerranée. C’est en tout cas une des conditions nécessaires d’une mémoire apaisée. La Provence 5 mai 2019

“L’affaire”Vincent Lambert, miroir de nos interrogations

La Provence 26 mai 2019

Lire la suite
Le nom sonne désormais comme un symbole en forme d’étendard : “l’affaire Vincent Lambert”. Comme si  son existence était réduite à un objet… de droit. Et son nom à une affaire. Depuis que sa vie a basculé, le 29 septembre 2008, avec un accident de voiture, cet ancien infirmier vit sur son lit d’hôpital, muré dans le silence.  Au rythme des déchirements de l’entourage et des coups de théâtre judiciaires, la question est de savoir si l’on doit couper la sonde qui l’alimente et l’hydrate depuis 11 ans.
D’un côté, son épouse affirme que la volonté de son mari serait de cesser tout acharnement de survie, recevant ainsi le soutien des défenseurs du  droit à l’euthanasie. De l’autre, ses parents, soutenus par des mouvements pro-vie,  utilisent tous les recours judiciaires pour s’opposer à l’arrêt des soins décidés par les médecins de l’hôpital de Reims.  Et, à l’instar des divisions de cette famille, nous naviguons entre deux redoutables écueils : les réactions émotionnelles et la posture idéologique.
Vincent Lambert est-il en fin de vie? Fait il l’objet d’un acharnement thérapeutique ? Est-il totalement inconscient ? Même les experts médicaux sont divisés. L’absence de preuve de conscience n’est pas une preuve d’absence de conscience. Tout en estimant que l’on est  dans l’obstination déraisonnable prévue par sa loi, Jean Leonetti en reconnait aussi les limites en l’absence de directives anticipées de la personne concernée(1). Qui  a alors la prééminence pour décider ? “Aucune loi dans aucun pays n’est en mesure d’éviter un tel conflit“, souligne l’association des soins palliatifs. Et s’il rappelle la dignité de toute vie,  l’archevêque de Reims, prochain président des évêques de France, reste prudent : “Aucune décision humaine ne peut être assurée d’être la meilleure”.
Peut-on juger alors une jeune femme dont la seule perspective de vie serait de rester au chevet d’un mari à l’état végétatif ? Et la pathétique obstination de parents qui ne se résolvent pas à perdre “leur” enfant ? Quelle serait également notre attitude au seuil de notre propre déchéance ? L’affaire Vincent Lambert est le miroir de nos interrogations sur la vie, la mort, la vulnérabilité… Et le moment venu, chacun de se retrouver face à sa conscience. Dans le silence.